Vacarme 08 / chroniques

porcelaine et volcan

par

cela m’a menée sur une balançoire
(je vous permets d’en rire)
puis il dormait et je ne savais pas si je devais bouger
— le temps passait, et même moi,
sans m’endormir, je m’envolai
(il me pousse un cœur que je planterai dans un pot de fleurs, avec toutes les précautions)
(dehors, il y a une guerre intestine, une querelle entre le valet de carreau et la dame de trèfle)
on dit parfois que les rêves composent une seconde vie
que nous pouvons rejoindre chaque soir
sur un petit radeau
par exemple, joker :
se promener en soi-même comme dans un jardin (c’est l’objectif)
tisser les fils de la Vierge
ce jour : rêver d’un appartement, toujours le même,
où je découvre une pièce supplémentaire,
une terrasse, ou le parc
— dans mes bras endormi par le sommeil tu étais devenu
dans mes bras léger comme une plume
ou la neige qui tombe
— tout un essaim de fées qui volent ensemble
et qui ensemble font une seule plume
au bord de la cheminée, il y a une conversation secrète
entre le ramoneur et la dame de trèfle
j’avais souvent rêvé, avant, d’une tour, tout entière
entourée d’un feu,
toujours la même
— c’est aujourd’hui une ronde des fées dans le feu
Mortefontaine
ne-disparaîtra-pas
porcelaine, volcan

À propos de l’article

Version en ligne

Publiée le

Catégorie .

Mot-clé .

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 08, , page 60.