Vacarme 16 / Chroniques

La pudeur de l’intimité un chant du pays Koongo

par

Un « chant pour tous et pour personne », disait-il. Mais sans doute ne sommes-nous qu’au commencement, au « seuil déconcertant », te dis-je ! et depuis ce temps nous sommes les-uns-des-autres, un Dialogue.

La pudeur de l’intimité, ah ! la pudeur de l’intimité
La pudeur de l’intimité, seulement que vous la craignez,
La pudeur de l’intimité !
Nous autres , là-bas, aux confins du pays,
Alors nous attendons, et devenons cela.
Nous autres, là-bas dans notre retraite,
Les bras croisés ! et nous voilà en Indigence
Nos propres cœurs en sont revêtus,
De cette préoccupation pour la volupté.
Vous autres ! Ceux-là-que-nous-sommes,
La jeunesse ! cendres frivoles,
Vous êtes partis dans la volupté.
Nous autres ! Ceux-là-que-nous-sommes,
Les anciennetés ! braises ardentes,
Nous restons ici dans la pudeur de l’intimité.
Les puissances qui restent dans l’intimité commune,
Tous ont changé de vie !
Mais qui donc de Ceux-là-que-nous-sommes,
Resteront dans la pudeur de l’intimité ?
Pudeur de l’intimité, ah ! la pudeur de l’intimité
La pudeur de l’intimité, seulement que vous la craignez,
La pudeur de l’intimité !

Post-scriptum

Traduction et écriture de Serge Nsonde. Extrait de Histoire occidentale et Pudeur de l’intimité, BDBM, PARIS 2001.

À propos de l’article

Version en ligne

Publiée le

Catégories , .

Mot-clé .

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 16, , page 93.