Vacarme 73 / cahier

Valentine

par

Comme un serpent au milieu des roses, un aspic
Dans les pommes épineuses flétries je m’enroule,
Me coule vers toi. Le nom du château, c’est toi,
El Rey. C’est un relais routier
Offrant les meilleurs cafés et hamburgers de l’Utah.
C’est encore plus beau et nocturne à la lumière du jour.
Sept couches : agate mousseuse, corail, aventurine,
Cornaline, lapis suisse, obsidienne — peut-être d’autres.
Tu le sais maintenant, la structure est celle d’un quatuor
À cordes. Les différentes parties se mêlent toujours entre elles,
Entrent en conflit, chacune s’immisçant dans la part de l’autre
Pour se retirer subtilement à la fin, se détachant — de quoi ?
D’un nouveau genre de vide, peut-être baigné de fraîcheur,
Ou pas. Peut-être simplement un nouveau genre de vide.

L'intégralité de cet article est disponible dans Vacarme 73 actuellement en vente dans votre librairie ou en ligne.

Post-scriptum

Traduit de l’américain par Nathalie Koble.

« Valentine » se trouve dans le recueil Houseboat Days (1976) ; ce poème qui fait alterner prose et vers de longueurs très variées date de 1975, année de publication de Self-Portrait in a Convex Mirror, qui consacre l’écriture poétique de John Ashbery. Arthur Rackham (1867-1939), évoqué dans le poème, était un illustrateur anglais célèbre, connu pour ses illustrations de livres pour enfants. L’œuvre de John Ashbery est considérable, vingt livres de poésie, des pièces de théâtre, des textes critiques et de nombreuses traductions. Elle a été couronnée par les prix littéraires les plus prestigieux : Pulitzer Prize, National Book Award, entre autres.

À propos de l’article

Version en ligne

Publiée le

Catégorie .

Mot-clé .

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 73, , pp. 86-89.