des hommes dans le soleil

par

On est au Caire, en pleine transition après la révolution du 25 janvier 2011. Dans un appartement transformé pour une soirée en cinéma, des militants projettent Les Dupes de Tawfik Saleh, une fiction amère sur le voyage impossible de trois Palestiniens, métaphore soutenue de l’exil loin de leur terre. Dans la rue égyptienne, les manifestants sortent dans la rue portés par l’espoir. Dans le film, les trois héros ne parviennent pas à rentrer, voués au désespoir et à la mort. Choc des trajectoires, des temps, et des regards. Retour sur un moment particulier.

En mai 2012, pour la commémoration de la Nakba, l’association Mosireen [1] a décidé de projeter deux films évoquant le douloureux exil des Palestiniens de 1948 et leur impossible retour. Un documentaire, sur le massacre du camp de réfugiés de Tel el-Zaatar en 1976 au Liban, et un film de fiction de Tawfiq Saleh, Les Dupes, tourné en 1973. C’est dans un vieil appartement du centre-ville du Caire, coincé entre une banque et une synagogue désaffectée, que l’association organise chaque mardi son ciné-club. Dans une Égypte en pleine « transition démocratique », Mosireen ne se contente pas de fournir du matériel vidéo pour les journalistes citoyens qui se sont découverts par milliers depuis le 25 janvier 2011, l’association entend bien aussi faire vivre un certain cinéma, loin des bruyantes comédies égyptiennes ou des block-busters américains. Ils projettent des films d’auteurs ou des classiques dans la rue, sur la place Tahrir, dans des quartiers excentrés où il est difficile d’entrer, où ils peuvent être accueillis avec des jets de pierre et dont ils doivent repartir en catastrophe. Mais pour ceux qui habitent le centre-ville, il y a toujours le ciné-club du mardi soir qui permet de revoir La bataille d’Alger, de découvrir des films d’auteurs arabes qu’on ne connaissait pas, ou même revoir La Haine.

L'intégralité de cet article est disponible dans Vacarme 73 actuellement en vente dans votre librairie ou en ligne.

Post-scriptum

Pour voir le film sur internet en huit parties et sous-titré en anglais : youtu.be/3y1WQi8iuoE ; youtu.be/ERZBg1bwqgU ; youtu.be/ABi-Xu_gZxU ; youtu.be/XP1c9fsksi0 ; youtu.be/AiUXjuyY_wo ; youtu.be/dj74lXDj1AU ; youtu.be/8yfoduEib58 et youtu.be/Rwst-vGlWg4.

Notes

[1Association née après la révolution du 25 janvier, fondée par des activistes, des journalistes et des cinéastes. Le mot « مُصِرّيين » joue sur les sonorités entre « égyptien » et « détermination ». L’association met à la disposition du public du matériel vidéo pour encourager le « journalisme citoyen », recueille et archive les images prises dans les manifestations par des amateurs pour en faire des films diffusés ensuite sur Youtube. Voir l’article de Pierre Benetti, « Bataille d’images au Caire », dans Vacarme 65.