Vacarme 76 / Joies politiques

quelle joie êtes-vous ?

par

12 questions et 4 profils pour suspendre le temps à votre félicité.

1. Le plus beau jour de votre vie c’est ?

a. Un de ces jours
b. Avec votre belle de jour
c. Un Jour sans fin
d. À chaque jour sa peine

2. Au réveil, vous ?

a. Suivez le dessin de sa bouche
b. Embrassez le fil de votre existence
c. Avez l’impression d’un beau déjà vu
d. Ravalez vos soupirs

3. Votre corps ?

a. Politique
b. Mélancolique
c. Euphorique
d. Utopique

4. Au milieu du jour, vous ?

a. Mangez, buvez, dansez
b. Flirtez, effeuillez, goûtez
c. Parlez, riez, chantez
d. Échappez, revendiquez, manifestez

5. Au firmament de vos désirs on trouve ?

a. L’émoi de son étreinte
b. La résonance de surprises inespérées
c. L’infini qui comble le volatile
d. La conscience en mouvement

6. Votre saison de prédilection ?

a. Le printemps comme intention
b. L’été comme obsession
c. L’automne comme déclaration
d. L’hiver comme suspension

7. Vos révoltes vous les nourrissez avec ?

a. Rage et amour
b. Des lectures érudites et des frites
c. De promesses et de tendres amitiés
d. Des cris qui mènent aux arcs en ciel

8. Dans l’éventail de vos singularités, se dévoile aux premiers abords ?

a. L’éclat impatient de votre esprit
b. Le léger frémissement de votre souffle
c. La flamme de vos regards mobiles
d. L’élan indocile de vos pas

9. Vos vacances sont faites de ?

a. Voluptés partagées
b. Traversées alternatives
c. Siestes suspendues
d. Mots grisants

10. Au soir, vous ?

a. Vous perdez sous d’autres corps
b. Suivez votre chouette routine
c. Explorez les connivences émerveillées
d. Espérez le grand

11. L’amour ?

a. La nuit comme le jour
b. La nuit pour le jour
c. La nuit contre le jour
d. La nuit en contre-jour

12. La nuit tombe ?

a. D’accord, d’accord
b. Encore, encore
c. Toujours, toujours
d. Jamais, jamais

Résultats

1A ■B ◆C ●D ▲
2A ◆B ●C ▲D ■
3A ▲B ■C ◆D ●
4A ●B ◆C ■D ▲
5A ◆B ■C ●D ▲
6A ■B ◆C ▲D ●
7A ◆B ■C ●D ▲
8A ■B ●C ◆D ▲
9A ◆B ▲C ■D ●
10A ●B ■C ◆D ▲
11A ●B ▲C ■D ◆
12A ■B ◆C ●D ▲

Faites les comptes

Une majorité de ● Vous êtes la joie d’exister

Partout la même pulsation, le même chant, le même chemin des sourires vivifiants. De l’infini des possibles vous chérissez l’éclat fou des évidences comme le doux impact des surprises. Les mains avides, vibrantE dans l’accomplissement, vous suivez le fil invisible de l’allégresse des états sensibles. Vous êtes cent, mille et plus et tant. TelLE que vous êtes, irréductible dans la plénitude, vous défiez les peurs, haines et horreurs d’une douceur grandiose qui allège et emporte vers les lueurs paisibles de l’insouciance.

Une majorité de ◆ Vous êtes la joie d’aimer

Les fières couleurs des sentiments, la force du plaisir, l’audace de vos désirs, célèbrent les jours qui dérivent et les nuits qui tremblent. Quand vient le chamboulement magnifique des visages collés, vous vous laissez porter par les vagues particulières de l’attachement. L’abandon des gestes, le fléchissement des voix, les découvertes grisantes comme la chaleur du quotidien, sont les signes de l’accomplissement épidermiques qui se mêlent à la métamorphose radieuse de la fièvre sans trêve en le plus précieux des liens.

Une majorité de ■ Vous êtes la joie retrouvée

Des sombres intensités de l’ancien naufrage, il ne reste que le paradoxe des traversées dangereuses et le goût volatile de la perte. Les multiples décors du renouveau apparaissent dans le flou du temps qui passe. Le vertige des caresses du présent vous transporte loin des remords dans une danse éperdue. Sans peur, vous avancez sans détour, savourant les frissons des attentes qui défilent. Le partage comme inspiration, la délicatesse pour passagère, vous avez pris place, diffusant par vos pensées singulières le goût du feu.

Une majorité de ▲ Vous êtes la joie de résister

L’effervescence sans règle, le cœur guidant l’action, les murmures des rêves comme armure, offrent l’envol vers la juste protestation. AllégéE des idées vagabondes pour suivre les idéaux d’euphorie et d’égalité, vous faites entendre vos fragiles fureurs aux rythmes des larmes qui basculent. L’insaisissable des lendemains se transforme en irrépressible espoir, les effusions rejoignent les engagements. Votre détermination débordant des marges et interdits, vous mobilisez l’enchantement perpétuel face aux épreuves.

Post-scriptum

Rachel Easterman-Ulmann est une fée variant les plaisirs de l’existence entre le militantisme, l’art, la poésie et la mode. http://rachel-easterman-ulmann.blog... & http://roseisaroserebelle.blogspot.fr.