Vacarme 80 / Commencer

« le moment est précieux »

par

La tentative de renversement du Directoire menée par Gracchus Babeuf en 1796 est moins un échec qu’un essor et un élan susceptibles de rejaillir dans la mémoire collective.

Le 10 mai 1796, Gracchus Babeuf est arrêté, dénoncé par Grisel, traître ou espion stipendié par le Directoire. Sont alors saisis de nombreux documents que la Haute-cour de justice fera éditer sous le titre Copie des pièces saisies dans le local que Baboeuf occupoit lors de son arrestation [1]. Il s’agit de documenter la conjuration pour laquelle Babeuf, et plus de cinquante autres démocrates, seront mis en jugement. L’interprétation de ces pièces, qui constituent une véritable manne pour l’historien, sera l’objet central du procès qui se tiendra de février à mai 1797. Les accusés plaident que leurs réunions, au cours desquelles ces documents ont été élaborés et discutés, n’étaient que le rassemblement de « mécontents » et que tout cela n’a pas débouché sur le moindre commencement d’une organisation d’insurrection. Les pièces saisies prouvent le contraire : les conjurés ne se sont pas contentés de critiquer le gouvernement, mais ont pensé et organisé le jour de son renversement. Les « babouvistes » n’ont pas seulement gémi sur les malheurs du peuple, ils ont bien pensé et entamé les démarches pour entrer dans une ère nouvelle.

Les babouvistes ont immédiatement envisagé leur postérité et la fin de leur mouvement comme le début des luttes du XIXe siècle.

Il y a un jour où cela commence « vraiment », un jour où l’on diffuse le mot d’ordre « il faut insurger » sur des circulaires imprimées. Elles sont prêtes, ces circulaires. Prêtes à être imprimées en tout cas : on en a retrouvé le modèle, de la main de Buonarroti qui a seulement laissé en blanc le jour exact où cela commencera : « Paris, l’an 4e de la République ». Ce jour-là, « s’il peut s’emparer de l’endroit où elles sont déposées », le général en chef « enverra après le commencement de l’insurrection » des trompettes en grand nombre pour que les insurgés en fassent précéder leurs marches. Ce jour-là, il faudra que la masse du peuple se lève, incitée par les agents qui auront été prévenus : « dès le commencement de l’effervescence », il faudra l’encourager.

L'intégralité de cet article est disponible dans Vacarme 80 actuellement en vente dans votre librairie ou en ligne.

Post-scriptum

Déborah Cohen est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université de Rouen-Normandie. Elle est l’auteure de La Nature du peuple : les formes de l’imaginaire social (XVIIIe, XXIe siècles) aux éditions Champ Vallon.

Notes

[1À Paris, de l’Imprimerie nationale, nivôse an V. Sauf indication contraire, les citations sont toutes extraites de la sixième liasse.