Vacarme 80 / Commencer

ça a déjà commencé…

par

Marabout’ficelle de voix sorties des profondeurs d’une expérience qui se partage rarement, le commencement d’une analyse. Et en écho, cet autre commencement : Freud, en 1895, cherche un passage à gué pour atteindre l’envers du miroir.

avec les voix de Claire Piette, Cyril Lecerf Maulpoix, Isabelle Rèbre, Nathalie Garcia & Virginie Leblanc.

« Que d’années à se défaire du pli, à se délester des chimères, à se décrasser des niaiseries, à rompre le cercle étouffant de la faute et du rachat, à prendre le large loin de ces tenaces mais si touchantes impostures auxquelles butent les furieux élans de l’enfance façonnée dans la cruelle chasteté et le miel du respect, et qui doit tenir sa langue en attendant que vienne l’heure où la rébellion fusera au grand jour comme germe une plante après un long hiver. »
— Ostinato, Louis-René Des Forêts

à Jean-Luc N.

l’Esquisse

Freud est dans le train qui le ramène de Berlin où il est allé voir Wilhelm Flieβ. Sur le trajet il écrit Entwurf einer PsychologieL’Esquisse d’une psychologie [1]. Ce texte, qui ne fut jamais publié de son vivant, retrouvé presque par hasard dans un paquet de lettres adressées à son ami, contient en germe tous les fondements de la psychanalyse. Les barrières de contact modifiées par le frayage dans les neurones, la force qui continue à travailler le tissu nerveux après un événement, c’est-à-dire la mémoire, la répétition et les états d’attente, les paradoxes du plaisir et du déplaisir, la déliaison sexuelle, le refoulement et la détresse, le vœu du rêve, l’événement de satisfaction et l’événement de la douleur qui « laisse bien derrière elle des frayages permanents, comme si la foudre était tombée ».

Cette chose à l’articulation du corps et de la pensée qui ne se résorbe pas, qui fait trou, l’incompréhensible, l’inassimilable.

Freud y consigne ses intuitions, ses tâtonnements, « nous commençons maintenant à comprendre une hypothèse qui nous a conduit jusqu’à présent ». Il ne cesse de creuser les « dispositifs de nature biologique » pour cerner l’appareil psychique et construire cette « théorie psychologique [qui] doit nécessairement nous expliquer ce que nous connaissons de la façon la plus énigmatique par notre “conscience” et puisque cette conscience ne sait rien des suppositions faites jusqu’à présent, elle doit nous expliquer ce non-savoir. »

Il examine les processus d’excitation et la façon dont se relient le remémoré, le penser, le juger, et ouvre une brèche par où la silhouette du neurone qu’il dessine semble s’échapper dans le tracé des multiples ramifications qu’ouvrent les stimulations.

Nous sommes en 1895.

document

Parmi les neurones qu’il classe et qualifie, Freud en distingue un, le a, qu’il désigne comme la chose. Das Ding. Cette chose à l’articulation du corps et de la pensée qui ne se résorbe pas, qui fait trou, l’incompréhensible, l’inassimilable.

C’est l’élément étranger au cœur du sujet.

Lacan, un siècle plus tard, fera de cette chose la cause dont le nom de son École porte toujours l’inscription [2].

Existe-t-il un passage pour atteindre ce non-savoir, un lieu qui dévoilerait l’envers du miroir, le dos du monde, la cause de cette chose ? C’est ce que Freud ausculte dans les récits des hystériques et avec l’enfant joueur dont il n’a jamais lâché la main [3] et qui, comme le créateur littéraire, transpose les choses du monde où il vit dans un ordre nouveau car « le contraire du jeu n’est pas le sérieux, mais la réalité » écrit-il. Il arrive que le poids de cette réalité se fasse trop lourd et que cette brèche que les récits entrebâillent, et dans laquelle l’opacité du sens de la vie, de la naissance et de la mort deviendrait scintillante, se referme.

« Ça avait commencé depuis longtemps. La tristesse. J’ai connu ça très tôt dans ma vie. C’est la littérature d’abord qui m’a sauvée. Les récits — comment les autres font pour s’en sortir ? »

L'intégralité de cet article est disponible dans Vacarme 80 actuellement en vente dans votre librairie ou en ligne.

Notes

[1Sigmund Freud, Esquisse d’une psychologie — Entwurf einer Psychologie, traduction de Susanne Hommel, Jeff Le Troquer, Alain Liégeon, Françoise Samson, éd. Érès, mai 2011.

[2École de la Cause Freudienne.

[3Sigmund Freud, « La création littéraire et le rêve éveillé ». Article originalement publié en 1908.