passer par l’atelier

par

Les ateliers « chemin de vie » sont un dispositif d’accueil avec l’écriture, inventé par l’association parADOxes [1]. Ils ont lieu au local de l’association, ou dans un établissement scolaire. Au prétexte du CV, il s’agit de prendre le temps avec un adolescent d’envisager son parcours, les étapes, les obstacles, ce qui a fait rupture ou ce qui a bordé ce chemin. C’est souvent à l’occasion d’un moment d’arrêt, d’une interrogation ou d’un « décrochage », qu’un·e élève nous est adressé·e par un·e enseignant·e, ou par le ou la CPE.

Une « atelière » [2] reçoit un·e adolescent·e pour trois rendez-vous individuels d’une heure, à une table : c’est cet espace avec quelques outils d’écriture, qui fait l’atelier. La conversation s’engage autour du parcours de vie et d’école. Assez tôt, l’écriture arrive comme un travail concret — on est en atelier —, qui fait en même temps une sorte de détour à la conversation, à plusieurs reprises le long des trois rendez-vous. Pour certains l’écriture est source d’une inquiétude ou d’une inhibition très vives, il s’agit alors d’y aller pas à pas, parfois de recueillir quelques mots et les transcrire pour le rdv suivant, et d’ainsi donner plutôt quelque chose à lire. Rien de figé, des bribes, des fragments, des bouts de ce qui cherche à se dire.

L’invitation à écrire se présente diversement. Il peut s’agir de pousser un peu vers l’écriture quelque chose qui est apparu (faire la liste, dessiner la carte, reprendre le mot…), ou bien c’est une proposition sans rapport avec la conversation, appuyée sur des formes qui nous sont familières, comme un portrait chinois, une liste d’instants…

L'intégralité de cet article est disponible dans Vacarme 82 actuellement en vente dans votre librairie ou en ligne.

Notes

[1L’association parADOxes, à Paris dans le 10e, accueille les jeunes de 11 à 25 ans, pour des consultations psychanalytiques gratuites et des ateliers d’écriture sur rendez-vous. www.paradoxes-paris.org.

[2Les « atelières », intervenantes à parADOxes, sont des « professionnelles de l’écriture » et non des psychologues.