Vacarme 15 / chroniques

collée sur un champignon

par

Collée alors que la saison adéquate pour ce genre d’exercices matinaux tardait encore la protubérance d’un arbre.

S’étant attaché les services de la partie supérieure de ce qui n’était à l’origine qu’une surabondance de vie développée par une humidité hors norme que la saison précédente avait savamment su organiser et qui servait à présent dans des adjonctions particulières pour une alimentation adaptée il devenait exclu que l’on puisse à présent utiliser cet emballage pour conserver la moindre épice.

Ayant pu de surcroît amortir une déchéance amorcée par le passage d’équidés peu scrupuleux de la masse d’air ainsi déplacée ce qui aurait dû à terme présenter l’avantage d’incarner ces bornes de repérage qui aujourd’hui font l’ossature architecturale de nos paysages suburbains se retrouvait par le caractère plus qu’indéfini de son origine dans la position au demeurant fort délicate d’exacerber s’il en était besoin la nature éminemment labyrinthique de cette première barrière naturelle accueillant les nouveaux arrivants au domaine en leur imprimant d’une part un retard certain et en leur prodiguant d’autre part des estimations de carrière mettant à mal la courtoisie attendue de l’hôte.

Collée sur un champignon

Une feuille

D’on ne sait quel arbre

À propos de l’article

Version en ligne

Publiée le

Catégorie .

Mot-clé .

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 15, , page 89.