Chanson d’automne

par

Septembre 2008. Les pages du Wall Street Journal égrènent les mêmes informations : faillites des banques, chute du Dow Jones, etc. Au même moment, Eric Baudelaire propose de lire dans ces pages une tout autre chanson. Les vers de Verlaine qu’il découvre dans le journal furent diffusés en code en 1944 sur la BBC : « Les sanglots longs / Des violons / De l’automne » pour signaler l’imminence du débarquement ; « Blessent mon cœur / D’une langueur / Monotone » pour déclencher des actes de sabotage. Cette œuvre, ici recomposée par l’artiste, effectue le geste même de la fiction, fait surgir d’autres textes à même les textes, et laisser entrevoir, rêveusement, d’autres possibles.

Pour des raisons de mise en page, cette contribution n’est disponible qu’en format pdf.

Chanson d’automne

par Eric Baudelaire