Vacarme 73 / cahier

Sabotage littéraire. 4 Lecture intéressée

par

Me livrant avec le jeune François-Xavier, en pleine crise d’identité sexuelle, à une lecture intéressée des livres saints fondant les grandes religions monothéistes, je me heurte à un douloureux constat : pas même besoin de les convertir ou de les adapter à notre point de vue déviant. Tout y est déjà…

Calmez-vous.

Ce n’est pas moi qui ai procuré à François-Xavier cet exemplaire du Coran. Il s’en trouve deux ou trois éditions à la bibliothèque paroissiale, sur l’étagère « Divers/Monothéismes ». Quant à moi, il m’a suffi d’un petit clic, sur la librairiecatholique.com, « la libraire au service des familles », pour faire l’emplette de mon très joli « Coffret Coran » et de ma Tora bilingue hébreu-français.

De toute façon, c’est votre faute. Effrayés par nos lectures intéressées où nous parvenons à voir le mal dans le plus innocent des textes, vous espériez que jamais nous ne pourrions trouver dans de saints textes l’image de nos troubles et peccamineuses amours, et vous figuriez que c’est nous, bien plutôt, qui serions convertis.

Vous auriez préféré, sans doute, que nous nous en tenions à la traduction officielle liturgique de la sainte Bible, « un cadeau idéal pour les professions de foi, les confirmations et toutes les occasions de célébrer la foi », comme le dit si bien la même librairie, tellement familiale. Mais rassurez-vous : nous avons aussi sous les yeux, à côté du Coran et de la Tora, une très jolie traduction de la Septante, tout ce qu’il y a d’approuvé par le Saint Père. Entre monothéistes, défenseurs de la famille naturelle avec un papa une maman, il faut bien s’entraider.

Cessez donc de faire comme si vous étiez contrariés. Pour la famille, vous savez bien que vous êtes d’accord sur l’essentiel avec vos cousins du Livre. Un papa, une maman, des enfants (beaucoup) et cette phrase si belle, si universellement reconnue, si rassurante en son infrangible simplicité, au verset 27 de la genèse : « il les créa homme et femme » [1], « Mâle et femelle furent créés à la fois » [2], « Mâle et femelle, il les crée » [3]. Dans le Coran, c’est encore mieux, tellement bien dit qu’on dirait le slogan d’une manifestation organisée par le Vatican : « c’est Lui qui a créé les deux éléments de couple, le mâle et la femelle » [4] (Sourate 53, 44-45). D’ailleurs, à propos de Vatican, lisons donc, au verset 36 de la troisième Sourate, l’éclatante affirmation de la différence naturelle qui séparera toujours les femmes et les hommes, les mâles et les femelles, les filles et les garçons. La mère de Marie informe dieu (ne me demandez pas comment elle fait) que sa petite est née : « Rabb, je l’ai enfanté : c’est une fille ! ». Mais on ne la fait pas au Seigneur qui voit très bien la différence, et à l’œil nu encore : « Allah savait bien ce qu’elle avait enfanté : un mâle ce n’est pas comme une femelle ! » [5] (Sourate 3, 36).

Vous vous sentez mieux ? Vous auriez dû penser plus tôt à ces saines et saintes paroles. Depuis que François-Xavier n’a pu vous expliquer ce qu’il faisait dans sa chambre avec la robe de communiante de sa sœur, vous pensiez lui offrir quelques bons ouvrages, également disponibles à la librairie des familles : Tu seras un homme mon fils (Maison Bible, 2005) ; Papa porte un pantalon et Maman porte une robe (Reid, 2014) qui nous raconte œcuméniquement que Guillaume a une maman et Ibrahim aussi (évitez ce livre-là, ce qui se passe entre Guillaume et Ibrahim n’étant vraiment pas très clair) ; Hommes et Femmes, égaux mais différents, donné récemment par René Laframboise (sic) aux éditions Jeunesse en Mission, dont vous aimez tout particulièrement la belle couverture rose d’un côté, bleue de l’autre… Bien sûr, tous ces ouvrages auraient pu lui remettre les idées en place, et pas que les idées, mais finalement rien de tel qu’un contact immédiat avec la parole de dieu (de Dieu, pardon).

Si ce n’est que la parole de dieu, et sans vouloir gâcher votre joie, est un peu étrange… Je dirais même, si je ne craignais de vous fâcher, qu’elle est queer sur les bords. La genèse a le genre un peu trouble.

L'intégralité de cet article est disponible dans Vacarme 73 actuellement en vente dans votre librairie ou en ligne.

Post-scriptum

Sophie Rabau est enseignante-chercheuse en littérature générale et comparée. Elle travaille sur la théorie littéraire, la critique créative et la lirécriture.

Notes

[1Traduction John Nelson Darby, [bibleenligne.com].

[2Traduction du Rabinat, [sefarim.fr].

[3Traduction André Chouraqui, La Bible, Paris, Desclée de Brouwer, 1985.

[4Traduction disponible sur le site [al-hamdoulillah.com]. Le nom du traducteur n’est pas donné.

[5Traduction André Chouraqui, Le Coran, Paris, Robert Laffont, 1990.

À propos de l’article

Version en ligne

Publiée le

Catégorie .

Mot-clé .

Version imprimée

Publiée dans Vacarme 73, , pp. 96-102.