Le semainier

7 jours au Caire

par Zoé Carle

Chronique d’un retour au Caire après plus d’un an d’absence alors que les dernières vagues du « coup d’État populaire » de juillet 2013 agitent encore le pays.

18 novembre 2013

18 novembre 2013

Le taxi démarre. Nous quittons l’aéroport en direction du centre-ville du Caire. L’air tiède de la soirée s’engouffre par la fenêtre. Le chauffeur me tend une de ses Cléopâtra, sortie de son paquet mou, ces cigarettes brunes qui ajoutent à la brûlure de la gorge déjà irritée par la familière pollution de la ville. Effluves de pots d’échappement et poussière du désert. Nous discutons tranquillement, et (...)

Lire

19 novembre 2013

19 novembre 2013

J’ouvre les volets sur le mausolée de Saad Zaghloul, le héros de la « première révolution » égyptienne en 1919 – ce premier soulèvement national contre les Britanniques qui a conduit à l’indépendance de 1922. Le soleil filtre à travers la poussière dorée.
Giedre prépare le café à la syrienne dans la cuisine sur une gazinière qui doit dater de l’époque de Nasser. Elle m’a raconté à mon arrivée les amitiés qui (...)

Lire

20 novembre 2013

20 novembre 2013

Marcher dans les rues du Caire. Slalomer entre les voitures qui s’entassent le long des trottoirs – impraticables trottoirs, trop hauts, trop pleins de gravats et de détritus, trop défoncés. Éviter les porteurs de pain qui foncent sur leurs vélos antiques, en maintenant d’un seul bras les larges plateaux posés sur leurs têtes. S’arrêter net parce qu’une voiture coupe la route. Repartir. Ralentir à (...)

Lire

21 novembre 2013

21 novembre 2013

Le Wast-el Balad. Il est difficile d’en sortir. C’est le triangle européen de la ville où se retrouvent intellectuels et artistes de toutes générations. De façon surprenante, les jeunes n’ont pas quitté cet espace balisé par la place Tahrir, Talaat Harb, le Musée égyptien et Bab el Louq. Ils se le sont en revanche approprié. Certains graffeurs essaient d’explorer d’autres lieux que le sanctuaire Mohamed (...)

Lire

22 novembre 2013

22 novembre 2013

J’ai rendez-vous avec le musicien Salam Yousry au café Horreya, temple des marginaux, de la petite bourgeoisie libérale et des journalistes étrangers, qui discutent à l’infini de cette révolution qui ne trouve ni son programme ni ses leaders, et semble n’intéresser plus qu’eux. Le panoptique Horreya, aux murs tapissés de miroirs, où l’on boit des Stella tièdes sous le souffle des ventilateurs, protégé (...)

Lire

23 novembre 2013

23 novembre 2013

Je suis en colère. Contre ce type qui m’a touchée dans la rue. Contre moi, surtout, qui n’ai pas réussi à réagir. Ce n’est pas la première fois que cela arrive, mais c’est toujours toujours terriblement humiliant. Je suis arrêtée au milieu de la rue. J’essaie de reprendre mon souffle, de calmer les battements de mon cœur. L’homme qui marchait devant moi, je ne m’en méfiais pas. L’homme s’est retourné (...)

Lire

24 novembre 2013

24 novembre 2013

Ce soir est projeté un film indépendant égyptien au Nile Towers : Rags and Tatters, d’Ahmad Abdallah. Le blog anglophone The Arabist – baromètre politique et culturel de l’intelligentsia et des expats – en a fait une critique élogieuse. On s’y précipite, content d’échapper à l’énième comédie égyptienne bruyante et désordonnée. Le film raconte le périple d’un Égyptien pendant la révolution, qui déambule dans les (...)

Lire